Prendre rendez-vous en ligneDoctolib
 
Rechercher
  • STEPHANIE GOTTELAND

« Je suis doué d’une sensibilité absurde, ce qui érafle les autres me déchire. »Gustave Flaubert

Hypersensibilité mythe ou réalité ?


J’ai tout pour être heureux et pourtant ça ne va pas !? Mais qu’est-ce qui cloche chez moi ?

Pourquoi mon cerveau ne s’arrête jamais de penser, d’analyser, d’interpréter ?? Pourquoi les autres arrivent à prendre du recul, à tout gérer, à aller bien et pas moi ????


Ce matin, j’ai pris mon pain chez la boulangère. C’est bizarre, elle était froide aujourd’hui avec moi, c’est surement parce que je ne suis pas venue régulièrement ces temps-ci…sur la route pour aller au travail, il y a eu une altercation entre un automobiliste et un véliste. Ça ma perturbé parce que le conducteur a volontairement fait un écart pour gêner le vélo qui l’avait doublé au feu précèdent. Pourquoi les gens sont aussi méchant et violent et si peu tolérant et respectueux ???

Arrivé au travail, à peine je rentre dans l’open space que j’aperçois ma collègue et je sens que ça ne va pas ce matin…C’est surement parce qu’elle n’a pas apprécié ma remarque hier en réunion. Mais pourquoi j’ai dit ça ?!!!

Et toute la journée, je vais continuer analyser la réponse au mail de untel qui ne termine pas par « bonne journée » mais a mis en copie mon chef, la crèche qui a laissé un message parce que j’ai encore oublié de remplir le papier pour l’autorisation de sortie…etc etc etc ça n’arrête jamais. En rentrant chez moi, je n’ai plus l’énergie de faire à manger des choses saines et je culpabiliserai d’avoir commandé une pizza. Les enfants sont enfin couchés et je n’ai pas pu profiter d’un bon moment avec eux, j’ai géré les devoirs, le bain… je suis fatigué(e) … mais je n’arrive pas à arrêter mes ruminations…si seulement je pouvais mettre mon cerveau sur pause ! je fais défiler Instagram… je m’endore au premier épisode de la série …je me réveille dans la nuit et impossible de me rendormir tellement les problématiques de travail me .perturbent…


Le trait de caractère appelé « hypersensible », et qui concernerait 20% de la population, est une découverte assez récente. Les ouvrages qui s’intéressent à ce thème en France se situent entre 2010 et aujourd’hui.


A travers ces lectures, on découvre que les personnes qui se reconnaissent dans ce trait de caractère voient leur vie transformée. En effet, comme le souligne Elaine Aron, psychothérapeute et chercheuse en psychologie, cette particularité est loin d’être un défaut mais elle empoisonne souvent l’existence des hypersensibles. Dans son livre, « Hypersensibles, mieux se comprendre pour mieux s’accepter », elle propose une aide pour mieux s’accepter et en tirer avantage dans sa vie professionnelle et personnelle. Pour Mel Collins, psychothérapeute au Royaume-Uni, comprendre son hypersensibilité permet d’en faire une force et pas une faiblesse. Pour Saverio Tomasella : « la sensibilité rime avec humanité ; en cela, elle peut être source de joie, de créativité, et même, de bonheur ! »


En anglais, elle parle de « highly sensitivite person » que l’on pourrait traduire par personne hautement sensible ou ultrasensible pour désigner des individus présentant une sensibilité supérieure à la norme. Le terme anglais est certainement moins connoté négativement que le terme hypersensible. Ce n’est jamais bon d’être hyper quelque chose, mais à défaut d’autre terme ….. c’est celui-ci qui est retenu majoritairement suite à un problème de traduction. Dès lors, les auteurs qui intéressent à l’hypersensibilité, se référeront aux travaux d’Elaine Aron.


Ted Zeff auteur de The hypersensibles Survival Guide a remarqué qu’en Thaïlande ou en Inde, on se moquait rarement des Hypersensibles. Dans nos sociétés occidentales, la sensibilité est plutôt perçue comme une faiblesse. Pour paraître normal, l’hypersensible doit rentrer dans le rang, contrôler et gérer ses émotions. Mel collins dans Le manuel de l’hypersensibilité parle de la Chine, de la Suède et du Japon qui reconnaissent une grande valeur à la contribution des hypersensibles à la société. Au Japon, les silences, la gestuelle, l’empathie, le langage corporel sont considérés comme des qualités importantes en communication.


Parmi les hypersensibles, on trouve une répartition égalitaire de 50 % de femmes et 50 % d’hommes. Les enfants aussi peuvent être hypersensibles. D’ailleurs en situation de parentalité, un hypersensible pourra être amené à se découvrir lui-même. En essayant de comprendre les attitudes, les émotions de leur chérubin certains hypersensibles feront le lien avec leur propre hypersensibilité. Ils ne voudront pas faire revivre à leur propre enfant ce qu’ils ont vécu. L’enfant incompris, l’enfant blessé, l’enfant puni, remontent à la surface et les questionnent.


Les hypersensibles prennent tout de plein fouet sans pourvoir exprimer leurs ressentis de manière adéquate. Véritable Etre "A fleur de peau", l'hypersensible perçois des ressentis émotionnels ou sensoriels de manière très intense. Les événements et l'environnement sont perçus de manière plus intense et cela sur le moment même ou en décalé.


Alors pour compenser ce trop plein de ressentis vécus comme un fardeau et pour se sentir acceptés, estimés et aimés, ils cherchent à s’adapter en permanence aux autres. Ils veulent faire plaisir aux autres. Et tout cela génère sans qu’ils s’en rendent compte une grande fatigue.



Les hypersensibles ont des points communs certes, mais chaque hypersensible est différent. Certains sont réservés alors que d’autres peuvent se montrer très exubérants Chacun va développer son propre mode de fonctionnement qui le rendra unique comme chacun d’entre nous tous.



Les problématiques rencontrées par ses personnes tournent autour de leur estime de soi, leur confiance en soi, et les outils utilisés en coaching vont pouvoir leur apporter un regard différent sur eux-mêmes, en faisant évoluer leurs croyances, leurs besoins, leurs limites vers une plus grande congruence.



4 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout